La Sainte-Catherine : Bien plus qu’une rue!

29 oct 2020

Vous êtes vous déjà demandé quelle était l’origine du toponyme Sainte-Catherine? Si certains historiens affirment que le nom de la célèbre artère montréalaise a été donné en l’honneur de Catherine Élizabeth, belle-fille de Jacques Viger, d’autres croient au contraire que le nom fait référence à la sainte Catherine d’Alexandrie, patronne des femmes célibataires. C’est d’ailleurs ce personnage qui a inspiré l’une des plus anciennes traditions québécoises, la Sainte-Catherine, célébrée tous les 25 novembre.

La fête de la Sainte-Catherine est bien enracinée dans nos traditions québécoises. Historiquement, la tradition voulait que les jeunes femmes n’ayant pas trouvé mari à 25 ans portent le bonnet de la sainte Catherine, ce qui faisait d’elles de « vieilles filles » ou, plus communément, des Catherinettes.

Si aujourd’hui les filles célibataires de 25 ans n’ont plus à subir les regards moqueurs de leur entourage, d’autres traditions liées à cette fête perdurent toujours. L’une des plus anciennes, issue de la Nouvelle-France, porte sur la fabrication de la fameuse tire Sainte-Catherine. Inventée au XVIIe siècle par Marguerite Bourgeoys afin d’attirer les enfants à son école, la tire Sainte-Catherine fait aujourd’hui partie de nos traditions culinaires. Fabriquée à partir d’un mélange de mélasse, de sirop de maïs, de cassonade, d’eau et d’un peu de beurre, la tire fait aujourd’hui encore le délice des jeunes et des moins jeunes, et ce, depuis plus de 300 ans!

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin Partager le lien par courriel
<span class="translation_missing" title="translation missing: fr-CA.projects.blog_posts.show.load_comment_text">Load Comment Text</span>