Circulation et stationnement

Que fait la Ville pour limiter les impacts sur les citoyens?

  • L’escouade dédiée à la mobilité a été déployée le 22 août 2018. Elle est formée de six inspecteurs en circulation et a pour mission de travailler à prévenir et à réagir rapidement quand il y a des entraves (dans la rue, sur les trottoirs et les pistes cyclables) afin d’améliorer la fluidité sur le réseau de la Ville.
  • Cette nouvelle unité patrouillera l’arrondissement de Ville-Marie et certains axes de mobilité du Plateau-Mont-Royal et du Sud-Ouest, de 5 h à 23 h, du lundi au vendredi.
  • Elle collabore avec le Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU) et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour débloquer les situations de congestion qui ont un impact direct sur les usagers des routes, par exemple un véhicule stationné illégalement ou une entrave non conforme.

Comment fonctionne l’escouade mobilité?

  • L’escouade dédiée à la mobilité a été déployée le 22 août 2018. Elle est formée de six inspecteurs en circulation et a pour mission de travailler à prévenir et à réagir rapidement quand il y a des entraves (dans la rue, sur les trottoirs et les pistes cyclables) afin d’améliorer la fluidité sur le réseau de la Ville.
  • Cette nouvelle unité patrouillera l’arrondissement de Ville-Marie et certains axes de mobilité du Plateau-Mont-Royal et du Sud-Ouest, de 5 h à 23 h, du lundi au vendredi.
  • Elle collabore avec le Centre de gestion de la mobilité urbaine (CGMU) et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) pour débloquer les situations de congestion qui ont un impact direct sur les usagers des routes, par exemple un véhicule stationné illégalement ou une entrave non conforme.

Pourrait-on avoir une escouade dédiée à Griffintown?

  • Étant donné les nombreux chantiers en cours, une vigilance accrue est accordée au secteur de Griffintown, avec une ressource dédiée au Sud-Ouest.
  • L’escouade mobilité est sensibilisée aux enjeux de ce secteur et agit en coordination avec les services techniques et intervenants de l'arrondissement.

Comment sont planifiées les fermetures de rues?

  • Les fermetures de rues sont planifiées en premier lieu dans les documents d’appel d’offres remis aux entreprises soumissionnaires.
  • L’entreprise choisie au terme de l’appel d’offres pour réaliser les travaux doit ensuite soumettre son plan pour les fermetures de rues afin d’obtenir un permis de travaux de l’arrondissement;
    • L’arrondissement étudie ce plan avant de délivrer le permis;
    • Pour ce faire, il travaille étroitement avec les équipes de coordination opérationnelle de la circulation de la Ville afin d’assurer qu’il n’y ait pas d’enclave ni de problématique de sécurité.

Quelles sont les contraintes à prendre en compte lors des fermetures de rues?

  • Plusieurs contraintes sont prises en compte lors de fermeture de rues :
    • L’accès et la sécurité des riverains est la préoccupation numéro un.
    • La coordination des chemins de détours, la logistique reliée à la collecte des déchets/recyclage et au déneigement et les accès à des quais de livraisons ou stationnements intérieurs sont également pris en compte.

Travaux et aménagement

En quoi consistent les travaux?

Les travaux visent à réaliser le Programme particulier d’urbanisme (PPU) de Griffintown adopté en 2013.

  • Remplacement des infrastructures (aqueduc principal et secondaire, égout unitaire et ajout d’un réseau d’égout sanitaire pour tenir compte de la densification du secteur);
  • Construction de deux bassins de rétention d’eaux usées sur les sites St-Thomas et Mary-Griffin afin de soulager les collecteurs William et St-Jacques d’Youville et de limiter les risques de déversements d'eaux usées dans le Saint-Laurent en cas de pluie abondante;
  • Reconstruction et aménagement des rues (selon la typologie adoptée pour l’ensemble du territoire);
  • Enfouissement des réseaux techniques urbains aériens existants sur 4 kilomètres (fils électriques, Bell, etc.);
  • Mise à niveau des différents réseaux déjà enfouis tels qu’Énergir, Bell, HQ Transénergie, CSEM et Énergir CCU, afin d’éviter les interventions futures dans les rues nouvellement aménagées;
  • Aménagement de places publiques et de parcs municipaux.

Pourquoi faire ces travaux?

  • Griffintown est un ancien quartier industriel en pleine transformation, avec un accroissement très important du nombre de résidents dans le  quartier. Les infrastructures existantes n’étaient pas conçues pour desservir autant de monde.
  • De plus, Griffintown étant l'un des plus vieux quartiers de Montréal, la plupart des conduites sont à la fin de leur vie utile et doivent être remplacées pour éviter les fuites et les dommages qui en découlent (affaissements de chaussée par exemple).

Comment sont planifiés les travaux?

  • La priorité est donnée aux rues où le développement immobilier est très avancé ou terminé. En second lieu, les rues où se trouvent les collecteurs (conduites d'égouts de grand diamètre où convergent les conduites d'égouts locales privées) sont privilégiées, car ces infrastructures sont celles qui sont enfouies le plus profondément. Les autres infrastructures, qui se retrouvent au-dessus, sont refaites par la suite : réseau d'aqueduc principal et secondaire, massifs de béton pour les conduites d'alimentation électrique et de télécommunications, conduites de gaz, conduites d'eau réfrigérée, etc.
  • Les travaux d’enfouissement des réseaux aériens sont généralement intégrés aux travaux de remplacement des infrastructures municipales (aqueduc et égout) ou aux travaux d’aménagement des rues.
    • L’enfouissement des 4 kilomètres de réseau aérien se divise en 5 phases qui sont priorisées selon les besoins en hydro-électricité (généralement où il y a des projets de développement).
    • Cela nécessite le découpage des travaux de la Ville en tronçons, selon déploiement du réseau électrique.

Pourquoi démarrer autant de travaux en parallèle?

  • Il est nécessaire d’agencer la planification au rythme de la croissance de la population et du développement immobilier.
  • L’ensemble du quartier doit être reconstruit, et les travaux vont déjà s’étaler sur plus de 10 ans.
  • Il est nécessaire d’éviter les surcharges des infrastructures actuelles, qui sont dans la plupart des cas plus que centenaires et risquent de se briser.
  • Certains travaux doivent se réaliser en différentes phases qui sont ordonnancées; retarder certaines phases revient à retarder toute la chaîne.

Quels sont les travaux dont la Ville est responsable?

  • La Ville de Montréal réalise les travaux de reconstruction des conduites d’aqueduc et d’égout, l’aménagement de surface dans les rues (trottoirs, chaussée, arbres, mobilier urbain), les bassins de rétention et les parcs.
  • De nombreux travaux qui ne sont pas gérés par la Ville de Montréal ont également lieu dans le secteur et ont des impacts sur la mobilité :
    • Promoteurs immobiliers;
    • Réseaux techniques urbains : Bell, Hydro-Québec, Énergir, Commission des services électriques de Montréal, Énergir CCU;
    • REM;
    • Échangeur Turcot;
    • Autoroute Bonaventure.

Qu’est-ce qui peut occasionner des retards dans les chantiers?

  • Le quartier de Griffintown est l’un des plus vieux quartiers de la ville. Cela étant, les plans de conduites du secteur sont souvent erronés, et, on découvre des conduites abandonnées qui ne figuraient sur aucun plan, notamment des conduites d'aqueduc, des conduites de gaz et des massifs (électricité, téléphone…). Ces découvertes impossibles à prévoir obligent à faire revoir les plans et à faire des déviations qui allongent les délais de réalisation des travaux.
  • Dans certains cas, des bris sur les réseaux existants, des découvertes archéologiques ou des zones de contaminants imprévues peuvent causer un arrêt du chantier et des retards subséquents.
  • D’autres chantiers d’envergure, tels que le REM, engendrent également des délais ou le report dans la réalisation de certains travaux.

Quels contrôles la Ville exerce-t-elle sur les entreprises de construction?

  • La Ville agit à titre de client et de contrôleur de projet.
  • Pour le projet de Griffintown, des firmes de consultants sont mandatées pour assurer la gestion des chantiers en cours.
    • Des surveillants de chantier sont présents sur place en permanence pour s’assurer que l’entrepreneur respecte ses obligations règlementaires et contractuelles.
    • En cas de problème, des correctifs sont demandés à l’entrepreneur, et des contraventions sont données si nécessaire.
    • Les plaintes des citoyens sont systématiquement transmises à l’entrepreneur qui doit prendre les mesures correctives nécessaires, le cas échéant.
    • Par ailleurs, si des rues ou des installations sont endommagées par les travaux des promoteurs privés, ceux-ci sont tenus de faire une remise en état à l’identique.

Pourquoi ne peut-on faire les travaux plus rapidement?

  • Les travaux de la Ville de Montréal sont coordonnés avec les travaux des Réseaux techniques urbains (Bell, Hydro-Québec, Énergir, Commission des services électriques de Montréal, Énergir CCU) notamment pour l’enfouissement des réseaux électriques aériens, afin de ne pas avoir à rouvrir la chaussée plusieurs fois. Les délais d’intervention de ces partenaires s’ajoutent au calendrier de réalisation des travaux.
  • Des fouilles archéologiques sont également réalisées avant le début des travaux afin de préserver les vestiges patrimoniaux du quartier.
  • Une phase de décontamination des sols doit également être prévue.

Comment est conçu l’aménagement des rues et des espaces publics dans Griffintown

  • La conception de l’aménagement repose sur les principes déclinés dans le PPU :
    • Maintenir et mettre en valeur le patrimoine bâti, ainsi que la grille de rues et des grands axes qui traversent Griffintown et le relient au reste de la ville;
    • Concevoir la rue comme un espace de vie et non plus seulement un espace de transit;
    • Privilégier le verdissement;
    • Favoriser les déplacements actifs et le transport collectif;
    • Rendre viable la densité de Griffintown grâce à des ouvertures, des dégagements, des lieux d’arrêt, de lumière, de verdure, de respiration et de rencontre;
    • Favoriser l’épanouissement des artistes, des artisans et des autres acteurs de la créativité montréalaise, notamment en créant un « corridor culturel » rue Ottawa (qui reliera  les différents lieux culturels et créatifs du quartier et fera office de vitrine).